Vie en Grèce

Vie en Grèce

18/06/2016 : Humour en vue.

Petit rappel historique, aujourd'hui est l'anniversaire de l'appel du 18 juin du général De Gaulle, anti-démocrate chronique (voir la constitution de la cinquième république qui a permis à l'UNR, parti minoritaire de gouverner majoritairement), lancé depuis Londres vers la France occupée. La droite n'en a cure et a complètement oublié cette date.

Passons cette anecdote.

 

Les grecs aiment se moquer de tout particulièrement en période difficile. Leur dernière « tête de turc » est le Ministre de l'Éducation qui ne possède même pas le bac. C'est la risée générale.

 

Lors des privatisations en cours, celle de la distribution de l'eau a été attribuée à une société française. Du coup, les grecs disent qu'ils vont avoir d l'eau d'Evian au robinet.

Ça fait penser aux blagues qui courraient sous le manteau dans les pays de l'ex-empire soviétique.

 

J'ai reçu en début de mois de Yannis Youlountas la lettre d'information de Yannis Youlountas qui m'a parue riche en informations.

 

Qui est Yannis Youlountas ? C'est le réalisateur de deux films à succès dans les milieux sensibilisés sur les problèmes de la Grèce « Je lutte donc je suis » visible à l'adresse suivante (version longue) : https://www.youtube.com/watch?v=97HTxo20c-E

et « Ne vivons plus comme des esclaves » visible à l'adresse suivante :

https://www.youtube.com/watch?v=rpqk24qvoR4

Yannis a peu de moyens et ne fait pas partie des commerciaux. Il est actuellement en train de réaliser un nouveau film (son troisième) et lance un appel pour un fourgon permettant d'effectuer les tournées, leur véhicule actuel étant en train de lâcher : « Nous recherchons plus précisément un fourgon avec une hauteur de moins de deux mètres (en raison des nombreuses contraintes de parking et pour rester au tarif le plus bas sur les autoroutes et dans les ferries) et disposant d’une sixième vitesse (pour l’économie et l’écologie sur les grands axes). L’idéal serait de pouvoir transporter jusqu’à six personnes, voire huit, et de disposer d’un grand coffre. »

Vous pouvez aussi envoyer un chèque à :

ANEPOS - "Fourgon solidaire" - BP 10 - 81540 Sorèze (ordre : ANEPOS) ou un virement à :

IBAN d'ANEPOS : FR46 2004 1010 1610 8545 7L03 730

BIC : PSSTFRPPTOU

en mentionnant "Fourgon solidaire" dans le libellé.

 

Je vous livre sa lettre du 3 juin 2016 (avec son autorisation).

 

Manuel Valls et Michel Sapin actuellement à Athènes

 

VALLS FÉLICITÉ PAR TSIPRAS

PENDANT QUE SAPIN COORDONNE LE PILLAGE !

 

Depuis hier soir, Athènes est sous très haute surveillance. Une tentative d'enyaourtage(1) du premier ministre français a malheureusement échoué près du parlement, suite à la fermeture du centre-ville, notamment de la station de métro de la place Syntagma à partir de 18h. Les déploiements policiers sont immenses et les gardes du corps sur les dents.

https://www.youtube.com/watch?v=O8-Ssyy1p60

 

C'est avec un statut similaire à un chef d'Etat que Valls, visage fier et allure de colon, a passé en revue la garde nationale grecque devant le monument du soldat inconnu, avant de finir la soirée dans l'opulence, sur la terrasse du musée de l'Acropole, à quelques centaines de mètres seulement d'un campement de sans-abris (dont plusieurs enfants) expulsés de leur domicile suite à la réforme du code civil. Le repas gastronomique a été servi en compagnie du ministre de l'économie français Michel Sapin, coordinateur du pillage du bien commun en Grèce au bénéfice de grandes firmes françaises : EDF, Vinci(2), Thalès, Veolia, Suez ou encore la SNCF qui s'apprête à racheter pour une bouchée de pain la société grecque de chemin de fer, TRAINOSE, ce qui aura pour effet de doubler des prix qui étaient jusqu'ici parmi les plus bas en Europe, et qui convoite également des infrastructures ferroviaires. Harlem Désir, secrétaire d'État aux affaires européennes figurait également parmi les convives, ainsi que Giorgos Stathakis, le très controversé ministre grec de l'économie, héritier d'une grande famille d'armateurs, connu pour avoir oublié de déclarer au fisc 38 biens immobiliers (oui, vous avez bien lu : 38 !) et plus de 1,8 millions d'euros égarés sur un compte discret. Ce scandale dure depuis le mois de décembre en Grèce et les manifestants y font souvent allusion, parmi d'autres cas de corruption et de népotisme qui s'ajoutent au bilan désastreux de la capitulation du 13 juillet 2015.

 

Hier soir également, sous les applaudissements nourris d'une assistance triée sur le volet, Tsipras n'a pas manqué de féliciter Valls et de témoigner son « estime » à l'un des hommes politiques pourtant les plus détestés de l'hexagone, qu'il a même qualifié d' « ami ».

 

Ce vendredi matin, il a été également impossible de gêner la visite de Manuel Valls à l'Institut français d'Athènes, complètement encerclé de barrages filtrants. Depuis 10h30, Michel Sapin est en rendez-vous avec son homologue grec et quelques amis costumés pour la séquence « bonnes affaires », alors que depuis 11h, Manuel Valls est reçu au Palais Maximou, résidence du premier ministre, pour finaliser une feuille de route basée sur un « partenariat stratégique ».

 

Quel sera le contenu réel de cet accord ?

 

Valls et Tsipras vont évoquer un partenariat économique pour « sortir le pays de la crise » et rappeler le « soutien indéfectible de la France depuis l'entrée de la Grèce dans l'union européenne », en 1981. Mais en réalité, cet accord concerne les conséquences de la « seconde capitulation » du 24 mai 2016 (3), c'est-à-dire l'extension de la grande braderie qui prévoit désormais jusqu'à 597 îles mises en vente et 538 sites archéologiques. Le gouvernement français veut faire profiter ses amis grands patrons de cette juteuse affaire. C'est l'heure des soldes et tout le monde accourt en Grèce, à commencer par les responsables politiques russes et chinois, en début de semaine(4), accompagnés par des dizaines d'hommes d'affaires. Les domaines clés de la coopération gréco-française seront « le développement rural, la réforme de l'administration publique, l'innovation, le tourisme et, bien sûr, l'investissement », motif principal du séjour.

 

L'autre annonce qui va tenter de masquer la réalité mortifère, c'est la promesse du gouvernement français d'accueillir 400 ou 500 réfugiés par mois, en provenance de Grèce. Mais la face sombre de ce sujet, c'est que plus de 200 policiers et gendarmes français participent actuellement à la gestion calamiteuse de la question des réfugiés et migrants dans les îles grecques. Ces jours-ci, les mutineries se multiplient dans les camps inhumains de Lesbos et de Samos. Mercredi soir, le camp de réfugiés de Moria à Lesbos s'est encore rebellé, puis, hier soir, celui de Samos, entre 20h et minuit, suivi d'une répression terrible des gardiens et de la quasi-totalité des forces de police de l'île qui ont aussitôt convergé sur les lieux. Il y a au moins 30 blessés donc plusieurs adolescents. Certains sont dans un état grave et ont du être transportés vers un hôpital mieux équipé, celui de Samos étant complètement dégradé par les politiques d'austérité depuis quelques années.

 

Les mass-médias grecs, relayés par les agences de presse internationales, osent noyer le poisson en évoquant une obscure rixe entre des migrants, ce qui est totalement faux selon les témoignages directs recueillis depuis. C'est encore une mutinerie pure et simple contre des conditions de détentions violentes, arbitraires et inhumaines. Rien d'autre. D'ailleurs, au moins deux bungalows ont été incendiés et plusieurs prisonniers ont réussi à s'échapper.

 

Pour seule réponse, Tsipras et Valls annoncent la prochaine conversion de l'agence de surveillance Frontex en « armada de garde-côtes européens », directement coordonnée depuis Bruxelles. Valls a également évoqué le renforcement imminent de la présence policière française dans les îles grecques, avec 300 CRS et gendarmes supplémentaires d'ici peu.

 

« Tout va bien, Madame la marquise », semblent-ils entonner en trinquant : l'Euro de foot va commencer, ainsi que la saison touristique estivale ! Mais ils oublient d'évoquer les millions d'insoumis qui bloquent de plus en plus la Grèce(5), la France, l'Espagne, le Portugal et la Belgique, en attendant plus. Jusqu'à quand feindront-ils d'être sourds ? Et jusqu'où faudra-t-il aller dans nos luttes ?

 

Yannis Youlountas

 

(1) équivalent en Grèce des « entartages » en France ou en Belgique (souvent préparés par Noël Godin et ses compagnons pâtissiers).

(2) Xavier Huillard, le PDG de Vinci, avait même accompagné François Hollande en Grèce lors de son voyage des 22 et 23 octobre 2015.

(3)durant l'Eurogroupe du 24 mai 2016.

//www.economie.gouv.fr/accord-dette-grece-eurogroupe-des-24-mai-2016
(4) Tsipras a reçu Poutine à Athènes, puis s'est rendu à Pékin

(5) Par exemple, il y a un mois :

//blogyy.net/2016/05/08/le-blocage-de-la-grece-vu-de-linterieur/

 

 



18/06/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres